La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
logo magasin
Biocoop Berche du Bio
PRODUITS BIOLOGIQUES ET ÉCOPRODUITS

Aujourd'hui Jeudi

Ouvert de 09h00 à 19h30

Où en est-on sur les cultures OGM ?

Où en est-on sur les cultures OGM ?

À partir du 18/09/2013

Biocoop Dury

Cette histoire commence le 7 février 2008 lorsque la France interdit pour la première fois la culture du maïs OGM MON810. Objet d’un recours devant les tribunaux français puis devant la Cour de justice de l’Union Européenne, cette décision conclut à l’illégalité du moratoire français sur la culture d’OGM en plein champ. La raison ? La subtile procédure européenne n’a pas été respectée.

En novembre 2011, le Conseil d’Etat annule donc l’interdiction française de 2008. Depuis, la France a une nouvelle fois tenté d’interdire le maïs génétiquement modifié à la culture sur son territoire mais cette interdiction est immédiatement attaquée devant le Conseil d’Etat.

Ainsi, le 1er août 2013 l’interdiction française est de nouveau invalidée. Après d’âpres batailles judiciaires le Conseil d’Etat a  considéré que le moratoire n’était pas fondé  donnant une nouvelle fois raison à Monsanto. La France n’a pas apporté la preuve de l’urgence d’une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l’environnement.

La position du gouvernement :

Le 2 août 2013 les ministres de l’agriculture et de l’environnement s’engagent à « maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM, afin de prévenir les risques environnementaux et économiques pour les autres cultures et l’apiculture » et de prendre une décision avant les prochains semis en avril/juin 2014. La position du gouvernement est « l’hostilité absolue à l’égard de ce qui est génétiquement modifié ». Le ministre de l’agriculture a par ailleurs souligné que « le Conseil d’Etat n’est pas le décideur, ce n’est pas lui qui dit si on peut ou pas interdire les OGM, il ne s’appuie que sur la base juridique pour dire si elle est valide ou pas ».

Consom’acteurs vigilants :

Ce refus des autorités françaises est porté d’une part par des arguments scientifiques. Rappelons à cet égard que le maïs MON810 est un maïs pesticide, génétiquement modifié pour produire un insecticide contre la pyrale et dont on ne connaît pas l’évolution…

Mais c’est aussi l’opinion publique qui porte d’autre part ce refus. En effet, les citoyens français ont toujours refusé les OGM confortant ainsi les autorités dans leur choix. C’est pourquoi il est important d’être des citoyens engagés, des consom’acteurs dont le maître mot est « vigilance ».  Si la fin de l’interdiction semble être provisoire, on peut se demander en effet pour combien de temps.

Pour plus d’infos : 

http://www.biocoop.fr/pages-partenariats/partenaires-militants/collectif-national-des-faucheurs-volontaires-d-ogm

Retour